top of page

Actualités Natura Mater

Quel isolant pour ne pas cuire en été ?

Comme chaque année, nous nous attendons déjà à l'annonce récurrente et tristement banale : "L'été 2023 a une fois de plus battu des records de température… »

Garder les habitations au frais pour se protéger des chaleurs de plus en plus intenses et étouffantes est devenu une priorité.

Et si votre isolant vous y aidait ?


Consommation estivale vs hivernale

Le saviez-vous ?

« On consomme plus d'énergie en été avec nos climatiseurs qu'en hiver avec nos chauffages… »


Et oui, la raison est qu'en plus d'être très polluants dans leur production, leur utilisation et leur élimination, les isolants conventionnels tels que l'EPS, le PUR et laine minérale ne protègent pas contre la chaleur. Ainsi, nous souffrons beaucoup plus de la chaleur en été, car elle pénètre plus facilement et rapidement dans nos maisons. Face à cela, les résidents essaient de lutter en investissant dans des climatisations, très énergivores et souvent très coûteuses. Le pire, c'est qu'il s'agit d'une solution très temporaire, car une fois la clim' éteinte, les espaces se réchauffent très rapidement…


Protéger contre le froid, c'est bien, mais…

Protéger à la fois du froid et de la chaleur, c'est mieux !


Être au chaud en hiver et au frais en été, c'est précisément l'avantage offert par les isolants en fibres biosourcées !

Un isolant durable est un isolant au processus de production peu énergivore, aux composants naturels, recyclés ou réutilisés et qui est lui-même biodégradable ou réutilisable en fin de vie.


Comment ça marche ?

Le principe d'un isolant est d'emprisonner de l'air immobile. Ainsi, la

performance isolante d’un matériau dépend de deux critères : une faible

conductivité thermique et un bon déphasage.

Voilà, on arrive au cœur du problème…


Faible lambda = au chaud en hiver

Le lambda (conductivité thermique) mesure la quantité de calories qui traversera le matériau isolant. Plus le lambda est faible, plus l’isolant est performant et moins il faudra d’épaisseur pour garder le froid à l'intérieur.

Il est vrai que les isolants conventionnels (synthétiques et minéraux) sont efficaces en hiver car ils possèdent une très faible conductivité thermique, un très faible lambda !


Cependant, ils ne sont très que très peu efficaces en été car ils un mauvais déphasage !


Bon déphasage = au frais en été

Le déphasage c’est le temps que va mettre la chaleur à traverser le matériau. Plus ce temps est long, plus longtemps le bâtiment sera protégé de la chaleur.

Les isolants synthétiques ou minéraux ont un déphasage relativement court (maximum 6 heures) et offrent donc une faible protection contre la chaleur.


Les isolants d’origine végétale ont un déphasage 1,5 à 3 fois plus long, pouvant dépasser les 10 heures ! Ainsi, la chaleur ne pénètre pas dans le bâtiment avant le soir, lorsque la température est retombée.


Petit conseil : Il est important de préciser qu’un bon déphasage dépend aussi de la densité du matériau. Plus il sera dense, plus la chaleur aura de la peine à le pénétrer. Privilégiez donc les isolants à haute densité et combinez le avec des matériaux lourds à forte inertie thermique*, tels que la terre crue ou la brique.


(* L’inertie thermique est la capacité d’un matériau à emmagasiner la chaleur pour la restituer petit à petit de façon décalée)


Des isolants biosourcés pour tout type d’isolation

Vous l’avez compris, les isolants biosourcés offrent donc un double avantage gardant la maison au chaud en hiver grâce leur bon lambda et au frais en été avec leur bon déphasage.

Les choisir vous permettra d'éviter d'investir dans des climatisations, d'avoir un meilleur confort et bien-être, et surtout d'être responsable en limitant votre impact environnemental.


Du choix, ce n’est pas ce qu'il manque ! Il y en a pour tous les goûts, sous toutes les formes, pour chaque projet :


- la fibre de bois

- la laine de mouton

- le chanvre

- la paille

- la ouate de cellulose


Sous forme de panneaux, de fibres, en vrac pour les murs, les toitures et les planchers, ces isolants biosourcés offre une isolation thermique, régule l'humidité et offre une isolation acoustique.



En façade,

Le liège expansé est le matériau biosourcé qui offre le meilleur déphasage. Bien que plus cher que d'autres fibres, sa résistance à l'eau permet de le laisser apparent, ce qui permet d'éviter des couts de mains d’œuvre en évitant la phase d'enduisage.





La fibre de bois ou de paille se posent de manière équivalente au panneaux pétrochimiques, tout en gardant la respirance du complexe, s'il sont recouvert d’un enduit naturel à la chaux.


En toiture, …


La chaleur pénètre majoritairement par le toit, donc privilégiez un isolant biosourcé à haute densité pour une bonne inertie thermique.

Le liège, la fibre de paille ou la fibre de bois sont intéressantes en toiture plate. Ces matériaux sont compatibles avec la couche d'étanchéité.


Pour une toiture à versants, il est intéressant de combiner un isolant souple (laine d'herbe ou de chanvre) en intérieur et un sarking en fibres denses (fibre de bois ou de paille).


L'isolation en vrac de cellulose par l'intérieur est également une option rapide et économique, à condition de trouver un entrepreneur ayant le matériel adéquat.


Combien ça coûte ? Et comment les mettre en œuvre ?

Concernant le budget, vos clients seront heureux d'apprendre qu'un isolant durable n'est pas toujours plus cher qu'un isolant conventionnel. Les isolants souples par exemple, ont des prix similaires aux laines minérales, pour un lambda équivalent et un meilleur déphasage! De plus, il existe différentes primes pour couvrir une éventuelle différence de prix !


Hormis pour l’insufflation de cellulose, la mise en œuvre de isolants biosourcés est très proche de celle des isolants conventionnels. Évidement, les prix varient en fonction des matériaux et des projets, mais les couts de main d’œuvre ne peuvent pas passer du simple au double! Si c'est le cas, peut-être l'isolant choisi n'est pas le plus optimal pour ce chantier en particulier. Il arrive aussi que certains entrepreneurs, ne connaissant pas encore certains matériaux répercutent une certaine incertitude dans leur devis. Il faut alors les accompagner pour faire baisser cette incertitude.


Et pour votre projet ?

Vous avez encore des doutes ou des questions quant au choix du / des bon(s) isolant(s) pour un projet? Pas de panique!

Pour avoir un aperçu de tous les matériaux et systèmes d'isolations biosourcés, inscrivez-vous à notre prochain séminaire sur l'isolation durable!


Et si vous avez des questions sur un projet spécifiques, notre équipe de sourceurs vous aide à choisir, parmi plus de 900 matériaux, l’isolant durable le plus adapté. Contactez-nous 😉


423 vues

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page